Ô ANAPEC…Ô DESESPOIR

Image

Étant en chômage depuis  bientôt une année, l´ANAPEC est devenue ma destination de pèlerinage quotidienne.  Vous allez me dire  que ma méthode est désuète  et que l´Agence nationale de promotion de l´emploi et des compétences a un site web actualisé. Je vais vous répondre qu´il n´y a pas un jour  qui passe depuis que j´ai eu mon diplôme sans que j ´envoi  une demande  via le portail web. Une candidature bien ficelée avec un chouia  de piments …beh oui beh quoi  il faut savoir se vendre.   Au départ  je ne répondais qu´aux offres qui collaient à mon profil.  Sans écho de la part des conseillers d´emploi, je commençais  à postuler à la va-comme-je-te-pousse à toutes les annonces qui correspondaient à ma région  dans l´unique  but de décrocher  un entretien.  Dés  que j´ai  commencé à écouter  en boucle ´´noir c´est noir il  n´y  a plus d´espoir´´ j´ ai su que  mon horloge psychique a sonné ses douze coups.  Je me suis  donc mise sur mon trente-et-un et  je me suis déplacée vers les locaux de l´ANAPEC .

 

Une  fois dans le couloir de notre recruteur national, on remarque  une dizaine de jeunes debout  absorbés par leur recherche en ligne.  Ergonomiquement, c´est la posture  idéale mais le sourcing de mes camarades chômeurs ne correspond que rarement á la recherche des offres d´emploi.  L´historique des  recherches était riche d´informations : recette falafel- s´ épiler sans se faire mal- les résultats du DHJ-facebook romeo des citrouilles-chikhat  sidi Bennour-gestion de carrière en entreprise –maquillage hayfa wahbi-stress chronique …et des meilleurs  et j´en passe. Arrivant devant le bureau accueil et information, un jeune homme costaud m´a tendu la main non pas pour me saluer. Il m´a donné une fiche que je devais remplir sans dire un mot. Cinq minutes plus tard j´ai remarqué qu´il portait un gilet avec badge  mentionnant que notre pas très communicatif agent d´accueil était un agent de sécurité.  J´ai continué ma balade autistiquement pour  m´arrêter devant le bureau de la conseillère d´orientation qui examinait soigneusement  des pantoufles d´export  en apparence.   En m´apercevant elle m´a fait un geste de la main et m´a demandé de patienter pour se lancer  dans une scène de marchandage féroce  avec la vendeuse. ..Bref  elle a pu avoir une réduction de 40 %  puisqu´elle a promis à notre vendeuse en djellaba de lui apporter plus de clientes anapeciennes et un contrat de six mois  pour son fils dés l´ouverture de la nouvelle  usine tant attendue par la main d´œuvre de notre région.  Une fois le modeste cours dans l´art du commerce a pris fin,  j´ai  pu prendre la place de la vendeuse.  Cette fois-ci l´échange était avare.  Notre pantouflard m ´a lancé un ´kayn man kdiw´, j´ai fait sorti mon cv dans l´intention de  développer mes attentes. J’ai eu droit à quelques grimaces puis verdict  ´´ce genre de poste est quasi inexistant dans la région de Doukkala-abda´´ puis elle a fait tourner mon cv pour accoucher son e-mail ´´je te propose de m´envoyer ton cv sur ma boite  personnelle … wi koun khir´´

Gris c´est gris et c´est fini oh oh oh oh  j´ai accroché mon sourire le plus jaune en guise de remerciement  pour  retourner derrière mon écran avec  60 kg  d´ondes négatives en effervescence.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s